Barques sur la plage superbe huile sur panneau de Georges DAYEZ

Barques sur la plage superbe huile sur panneau de Georges DAYEZ

Barques sur la plage superbe huile sur panneau de Georges DAYEZ
Barques sur la plage. Signée en bas droite, très bien encadrée. Dimensions 40 cm x 67 cm. Georges Dayez est fils aîné de l’éditeur Jules Dayez, originaire du Nord et fils de paysan, qui, en 1905. Avait repris rue des Marais à Paris un petit atelier de taille douce imprimant en particulier des reproductions en héliogravure. Sa mère, Marie Brard, était née à Neuilly. Dans une famille normande. Après la naissance d’un second fils, la famille s’installe en 1909. Où Georges Dayez fréquente l’école communale à partir de 1913. Se réfugie pour deux mois à Bayeux. Georges Dayez obtient son certificat d’études et passe ses vacances à Vicq. Dans le pays minier du nord de Valenciennes. Chez son grand-père, le spectacle des destructions causées par la guerre l’impressionnant vivement, puis rentre au collège de Meaux. Après avoir passé la première partie du baccaulauréat, il arrête ses études pour commencer à peindre, et fait l’apprentissage de la phototypie. Puis de la taille-douce. Et de la lithographie. Dans l’atelier de son père. Il fréquente alors l’Académie de la Grande Chaumière. Et l’Académie Julian. Ainsi que les cours du soir de dessin de la Ville de Paris, que suit également Adam. Il est accepté comme « élève libre » dans l’atelier de Lucien Simon. À l’École des Beaux-arts. Il effectue à partir de 1927. Son service militaire, affecté à Nanterre. Puis à la Direction de l’Aéronautique de Paris, et peint en 1928. Lors d’une permission, Le Pont du Pouliguen. Vu de la Turballe. Exposés au Salon d’automne. Aux cours du soir qu’il continue de fréquenter il se lie avec Pignon. Ils apprennent ensemble le modelage dans l’atelier des sculpteurs Henry Arnold et Robert Wlérick. Se passionnant pour les cubistes. Libéré du service militaire en 1929. Georges Dayez peint avec Pignon sur le motif, notamment sur les bords de Seine. Ils découvrent ensemble à vélo la Côte d’Azur. Participent l’année suivante aux activités de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires. (AEAR), auprès de nombreux peintres Hélion, Herbin. , sculpteurs (Adam), écrivains Nizan. Et exposent au Salon des indépendants. Georges Dayez, après de longs voyages en bicyclette à travers la France, visite à partir de 1938. Les musées de Gand. Il est en 1939. Puis traverse en 1940 Nancy. Nancy à nouveau, Mantes, Gisors. Et, à pied, assiste à la destruction de Vernon. Il est interné à Laval. Et libéré en décembre. De retour à Paris Dayez se lie avec André Lhote. À la répétition générale des Mouches , de Jean-Paul Sartre. Dont Adam a créé les costumes et les masques. Pour fuir le « Service du Travail Obligatoire », il se réfugie en 1944. Où il travaille dans la ferme de son beau-frère. En juin il rend visite, en tandem, avec Fougeron. À Pignon qui se cache lui aussi. Après la Libération il expose au Salon d’automne. Aux côtés des jeunes peintres de tradition française. Tandis que la Galerie de France. Lui achète des toiles. Il fait également partie des cinq jeunes peintres que la galerie Denise René. Pour son inauguration et du premier Salon de Mai. Où il expose la première toile (Figure assise) qu’il vient de peindre dans son nouvel atelier du Pré-Saint-Gervais. Acquise par le Musée national d’art moderne. Que vient d’ouvrir Jean Cassou. Dayez réalise une première exposition personnelle à la galerie Guénégaud. Après, la même année, un voyage en Italie. Un long séjour à Venise. Invité par la municipalité, il expose à nouveau avec Jacques Lagrange. À la Galerie de France. Il réalise, pour des commandes de l’État sept tapisseries. Il entre en 1951. Au comité directeur du Salon de Mai, visite les musées de Madrid. Séjourne l’année suivante à Varengeville. Où il revient les deux années suivantes, et réalise en 1953. Pour le lycée français de Lisbonne. À partir de 1954. Dayez expose dans la galerie Villand et Galanis. Et se lie avec le poète Jean Lescure. Il fait partie du jury du Prix de Rome. Du jury du « Prix du Dôme » avec notamment Villon. Plusieurs de ses toiles sont acquises par le Musée d’Art Moderne de Paris et le Musée du Havre. Dayez fait en 1959. Un long voyage aux États-Unis. Puis visite en 1960. Thèmes des toiles exposées à la galerie Villand-Galanis en 1962. Il est professeur, chef de l’atelier de lithographie. De l’École des Beaux-Arts. De nombreux voyages notamment en Bretagne. Continuent par la suite de nourrir sa peinture, régulièrement exposée en France et à l’étranger. Plusieurs rétrospectives de son uvre sont organisées à Bourges. Et 1978 la Monnaie de Paris. Édite deux médailles créées par Dayez, L’olivier et Victor Segalen. AUTRES PHOTOS SUR DEMANDE. Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous téléphoner : 06 78 48 19 44. L’item « Barques sur la plage superbe huile sur panneau de Georges DAYEZ » est en vente depuis le vendredi 7 juin 2013. Il est dans la catégorie « Art, antiquités\Art du XIXe et avant\Peintures, émaux ». Le vendeur est « la-tour-89″ et est localisé à/en Issoudun. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Type: Huile
  • Période: XIXème et avant
  • Thème: Nature morte
  • Caractéristiques: Encadré

Barques sur la plage superbe huile sur panneau de Georges DAYEZ
août 11, 2019